Lost my job, found an occupation

Posts Tagged ‘Mediapart’

Michel Butel, la tentation de « L’Impossible »

In La France vue d'en haut, Un pavé dans la "Meuse" on 12/11/2012 at 06:56

Michel Butel
(c) France Culture

Vingt ans après L’Autre journal, un rédacteur en chef « timide et audacieux », Michel Butel, se lance dans un pari fou, une courte utopie face à la crise, celle de L’Impossible. Un journal improbable devenu possible, un mensuel qui ne ressemble à aucun autre, à contre-courant de toute la presse actuelle et trop souvent moribonde. Ici, ce sont 128 pages engagées dans l’agitation des idées, dans ce goût de la marge loin du conformisme de l’arène médiatique. Ici, l’information doit passer par l’émotion, l’imagination, le désir, en faisant participer les écrivains, les penseurs, les artistes. Rencontre avec cet écrivain et poète de 71 ans, porteur d’une insatiable envie d’un journalisme différent, d’un « journal sans journalistes » bien loin au fond de l’ « universel reportage ». (à lire en intégralité sur Indications.be)

Alors que la presse écrite en France comme en Belgique est chaque jour davantage menacée, vous avez « inventé » au printemps dernier un autre journal, L’Impossible. Comment est né ce projet improbable?

Depuis toujours, j’ai l’espoir d’un journal comme L’Impossible. La difficulté, c’était de trouver les moyens pour faire naître ce projet. D’ailleurs, les responsables des autres journaux nous ont pris pour des fous, des irresponsables, comme des adultes face à des enfants en train de rêver. Cela montre à quel point il n’y a pas de place pour la divagation. Mais outre cela, j’ai toujours été passionné par ce que je crois que pourrait être un journal, pas ceux qu’on trouve partout dans les kiosques, mais ceux qui provoquent l’attente et le désir chez les lecteurs. J’ai toujours pensé qu’un journal pouvait être beau, et j’ai toujours eu cette passion, cette folie à propos du journal, en souhaitant un mensuel singulier, atypique, à contre-courant des experts, un journal qui soit curieux et difficile comme pourra l’être L’Impossible, en accueillant sans œillères et pêle-mêle comme je l’ai écrit d’ailleurs dans le numéro deux du journal, les voix d’un peuple inattendu qu’on n’entend plus ailleurs, c’est-à-dire des pensées que personne, ou rien, ne laissait présager.

L’Autre journal. 1984-1992, une anthologie
(paru aux éditions Les Arènes)

Justement au moment où parait L’Impossible, les éditions Les Arènes publient une anthologie de L’Autre journal. Vingt après la fin de cette aventure, tout le monde parle de ce journal, même ceux qui ne l’ont pas connu…

C’est très curieux de voir comment en deux décennies L’Autre journal est devenu un objet mythique et culte. Jamais je n’aurais pu l’imaginer. D’ailleurs, pour cette anthologie, et depuis vingt ans, je n’avais lu aucun exemplaire. Mais cela confirme une tendance auprès des lecteurs, celle qu’un journal comme L’Autre journal hier et comme L’Impossible aujourd’hui remplissent un rôle que ne joue pas les autres journaux, à savoir qu’on a donné et qu’on donne une place aux lecteurs, à ses attentes, ses désirs. La presse reste imperturbable à considérer comme une anomalie tout ce qui est proche de la création, de la vie intime. La presse papier, ce n’est pas Internet qui la tue, c’est la faillite de son propre système, la faillite de toutes les idéologies, de tous les discours pour laisser uniquement dans ses pages la parole aux experts.

La presse, quelle presse ? C’était le titre d’une de vos interviews avec Edwy Plenel, ancien directeur du Monde et actuel rédacteur en chef de Mediapart. Vous disiez à propos de ce site d’information qu’il était le « laboratoire d’une presse citoyenne ». On pourrait dire la même chose au sujet de votre journal, L’Impossible

Vous savez, lancer un journal aujourd’hui, cela ne doit plus consister à donner des nouvelles comme c’est le cas dans la presse traditionnelle. Il faut aller vers la divagation car je suis convaincu que le journalisme doit explorer le monde intime. Ce qui me déçoit, dans tous les articles qu’on peut trouver, c’est qu’il n’y a jamais aucun lien avec la vie personnelle. Pour le moment, l’actualité ne nous parle pas, c’est ce qui explique que les journaux sont en voie de disparition parce qu’il n’y a plus d’histoire. En cela, il faut une presse politique dans le sens plein du terme comme au temps de l’âge d’or du journalisme, celui des Hugo et des Vallès. C’est la seule façon pour retrouver cet esprit civique, celui d’une presse citoyenne. Aujourd’hui, c’est de moins en moins imaginable de trouver un journal qui remplit ce rôle, et cela va demander du temps pour redonner du sens au journalisme.

Et cette quête de sens dans le journalisme, elle passe nécessairement par les mots, le texte, le récit ?

Je le crois. Cela ne veut pas dire que tous les textes doivent être longs. Cela peut être juste un fragment, mais il faut qu’on retrouve cette attente, ce désir, cette émotion, c’est le seul moyen pour faire vivre un journal, pour l’inventer, c’est poser une voix singulière, pour le faire vivre, il faut laisser un espace de liberté à travers les mots et les idées. Je suis convaincu qu’un journal doit être un événement dans la vie de chacun. Il doit faire surgir des voix, celles qui racontent la vie avec d’autres mots, ceux que l’on ne lit plus dans les journaux. Aujourd’hui, le temps est ravagé par l’instant, la nécessité, c’est qui fait que l’information est morte, illisible, inaudible alors qu’il faut du temps pour imaginer un journal qui émeut, trouble, inquiète ses lecteurs.

L’Impossible, l’autre journal

Au fond, L’Impossible, c’est un journal intime de l’existence…

Je conçois véritablement le journal comme une œuvre d’art, comme un work in progress. Prenez l’exemple d’un fait divers, c’est un crime qui impressionne l’ensemble de la société parce qu’il touche la plupart du temps un élément de notre vie personnelle. Pourtant, la presse traite ces faits divers de la façon la plus vulgaire possible, c’est cela l’idée qu’on se fait du monde ? Ce que je veux dire, c’est qu’il faut transcender cette vulgarité, il faut que le journal laisse la place à la création car elle peut toucher nos vies, elle peut faire circuler la vie intime du monde dans les pages du journal, et au fond, en faire une œuvre immortelle alors que l’information meurt aussi vite qu’elle a été écrite. C’est cela L’Impossible : changer le monde, mais aussi la façon dont on le perçoit! Comme un autre journal, on peut partir d’un fait divers, mais la raison d’être, de vivre sera totalement différente, celle de la quête de la beauté et de l’intelligence dans cette atteinte à l’humanité.

Le site de L’Impossible

La France vue d’en haut (ép.3) : Jean Quatremer et les journalistes « convenables »

In La France vue d'en haut, Un pavé dans la "Meuse" on 10/04/2012 at 19:04
 "Sexe, mensonges et médias", paru chez Plon

Le livre de Jean Quatremer "Sexe, mensonges et médias" est paru chez Plon

Chaque jour, « l’information continue règne sur la campagne ».  Voilà ce qu’écrit Raphaëlle Bacqué dans un article du Monde (daté du 4 avril) où la journaliste souligne que les candidats s’adaptent au « temps réel » des chaînes d’info, d’Internet et de Twitter qui relaient faits et gestes, entre deux flashs d’info sur LCI, I-télé ou BFM. Et malgré cette « information continue », on découvre, et ce fut le cas ce mardi, que d’anciens candidats à la fonction suprême, d’anciens présidents de la République ont eu des secrets bien gardés, souvent mieux protégés que tous les secrets sur l’arme atomique, et parfois même partagés avec les journalistes politiques, comme ce fut le cas sur l’état de santé ou sur la vie privée des résidents de l’Elysée.

Plus de quinze ans après sa mort, on apprend justement ce mardi de la part de deux journalistes que François Mitterrand « aurait vu son calvaire » abrégé à la suite d’une « injection » (il souffrait d’un cancer de la prostate depuis 1981, et ce, peu après le début de ses prises de fonction à la tête de la France), comprenez il a choisi d’être euthanasié. Toute cette journée, les sites des journaux s’en donnent à cœur joie pour révéler des « extraits chocs » ou revenir sur ces « malades qui nous gouvernent »…mais toujours après-coup!

A côté de cela, on apprend que Patrice de Maistre, l’ancien gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, a été écroué le 22 mars 2012  pour « abus de faiblesse » à l’encontre de l’héritière du groupe L’Oréal. Peu après, Le Journal du dimanche révélait des soupçons de financement illégal de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy. Pourquoi cette information a-t-elle été si peu reprise dans la presse française, si ce n’est sur des sites d’info comme Mediapart, le site lancé par Edwy Plenel  ou dans des journaux étrangers ? Pourquoi le président-candidat n’a pas été interrogé, sur ce sujet, par les médias ? Et qu’en est-il des « autres affaires » comme l’affaire Karachi ou la piste libyenne sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007, autant d’affaires qui reviennent dans les médias comme les jeux olympiques d’hiver… Enfin, ces infos, on les retrouve surtout sur les sites d’information comme Mediapart, Rue 89 ou Atlantico, car dans les médias traditionnels, c’est plutôt le silence et l’omerta. Comme ce fut la cas avec DSK avant New York ou le Carlton…

La connivence, une maladie « française »?

Rappelez-vous, c’était en juillet 2007. DSK est nommé à la tête du FMI, choisi par Nicolas Sarkozy. Dans son blog « Coulisses de Bruxelles », le journaliste français Jean Quatremer, correspondant pour Libération à Bruxelles, évoque les raisons de ce choix, tout en rappelant en quelques phrases seulement le « rapport aux femmes » de Dominique Strauss-Kahn :

« Le seul vrai problème de Strauss-Kahn est son rapport aux femmes. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement. Un travers connu des médias, mais dont personne ne parle (on est en France). Or, le FMI est une institution internationale où les mœurs sont anglo-saxonnes. Un geste déplacé, une allusion trop précise, et c’est la curée médiatique. Après Jacques Attali et ses goûts somptuaires qui lui ont coûté la présidence de la BERD, la France ne peut pas se permettre un nouveau scandale. »

On connaît la suite de l’histoire, et il ne s’agit de revenir sur ce « nouveau scandale ». Par contre, à partir de cette « affaire DSK », Jean Quatremer a décidé d’analyser très finement les rapports de connivence entre les journalistes et les hommes politiques. Car depuis le 15 mai 2011, la vie privée des politiques ne peut plus être un argument derrière lequel les journalistes français (mais belges également) peuvent se cacher, un argument qui a souvent primé sur le devoir d’informer le public. Dans son livre, « Sexe, mensonges et médias » (Plon), le journaliste français indique comment son propre journal, Libération, n’a pas voulu enquêter sur les mœurs strauss-khaniennes alors même que Jean Quatremer disposait d’informations, notamment au moment de l’affaire Piroska Nagy.

A côté de cela, le journaliste revient aussi sur les conditions des journalistes français pour exercer leur métier, notamment pour enquêter sur les politiques dès que l’on sort de la connivence, du communiqué ou de la conférence de presse.

« La connivence ne donne aucun accès privilégié à l’information, elle crée une barrière entre le journaliste et le citoyen qui a de moins en moins confiance dans sa presse. »

Car, et c’est sans doute une des causes de la crise de la presse actuellement, c’est que les médias répondent très rarement à la demande des lecteurs, et surtout à leurs réponses. Les journalistes se retiennent, et cultivent cette retenue, notamment à l’égard des politiques, mais aussi des puissances économiques ou sociales, à ceux-là, le bénéfice de l’omerta, le respect de la vie privée et un silence assourdissant ; là où, et surtout face aux drames des citoyens ordinaires, et comme l’a montré l’accident de Sierre, la presse n’hésite pas justement à franchir les limites de la vie privée au nom du « droit de l’information », en faisant alors de la presse, une « espèce de grand déballage sur la vie des gens ».

Selon Jean Quatremer, cette connivence est aussi renforcée par la « dépolitisation » des rédactions et le renforcement du « politiquement correct » au sein du personnel journalistique, alors justement que le rôle de la presse devrait être de ne jamais « s’interdire d’enquêter ». Sans compter, et moi le premier, que tous les journalistes sortent désormais des mêmes écoles de journalisme. Nous sommes, comme l’écrit Jean Quatremer, des « généralistes », « censés être capables d’écrire dans tous les domaines, sans en maîtriser aucun. » D’où ce conformisme des articles face à la complexité des informations à traiter, les journalistes sont « dépassés » et se réfugie derrière les dépêches d’agence de presse, plus que derrière un travail individuel et intellectuel, faute de temps et de moyens…

Dans son livre, Jean Quatremer revient très justement sur la perversité du modèle économique de la presse française, un modèle qui est exactement le même qu’en Belgique où pour sauver une presse en crise, on a inventé les « aides d’Etat ». Comme le montre le journaliste, nos quotidiens sont dépendants de ces aides quasi « organiques », et ces aides sont actuellement le seul modèle économique viable… Comment prétendre que la presse est encore « un contre-pouvoir » quand son avenir dépend du « pouvoir » ?

« Pour que la presse retrouve ce goût de l’enquête dérangeante, cette envie de subvertir le pouvoir, encore faut-il qu’elle lutte contre cette connivence multiforme avec les politiques qui l’entrave. »

En guise de conclusion, le journaliste en appelle à la révolution numérique de l’information (après tout, n’est-ce pas sur son blog que Jean Quatremer osa et fut le premier à révéler en 2007 les travers de DSK ?), car « la Gazette de Renaudot est définitivement morte et enterrée, et le Net est prêt à prendre la relève. » Une Bastille imprenable pour les médias traditionnels, le défi est de taille  en tout cas…


Le journalisme à l'épreuve de la toile

Un blogue-notes sur le journalisme et le blogging

canalordinaire.wordpress.com/

CANAL ORDINAIRE. Journalistes associés. Bruxelles.

Horizons médiatiques - Edition Europe

Le journalisme dans tous ses Etats

Mediablog

Un regard critique sur les médias

Je veux être journaliste

Toi aussi, deviens un journaliste winner !

Les infos des Incorrigibles

Blog du collectif de journalistes pigistes Les Incorrigibles

Le blog de François De Smet

"La vérité est purement et simplement une question de style" (Oscar Wilde)

Le blog de Philochar

Une réflexion sur le monde, la Belgique, la Wallonie, la société et les médias

Le Blog documentaire

L'actualité du (web)documentaire

Coupe/Coupe

Vide-poche de l'actu médiatique, culturelle et des internets

Yanis Varoufakis

THOUGHTS FOR THE POST-2008 WORLD

%d blogueurs aiment cette page :