Lost my job, found an occupation

Un pavé dans « La Meuse » (ép.14) : Jonathan Littell, le retour de l’écrivain-journaliste

In Un pavé dans la "Meuse" on 06/08/2012 at 21:48

ImageJonathan Littell a passé deux semaines à Homs, au cœur des quartiers opposés au régime syrien de Bachar al-Assad. « Ceci est un document, pas un écrit », insiste Littell au début de ses « Carnets de Homs », paru chez Gallimard. Un texte écrit pour le journal Le Monde dans des conditions extrêmes, où chaque protagoniste, page après page, joue sa vie. « Je pensais que ce que j’avais vu était assez violent,et je croyais savoir ce que violent veut dire », ajoute Littell. « Mais je me suis trompé. Car le pire ne faisait que commencer. »

 « Une politique quotidienne du meurtre ». C’est ce que l’on retrouve dans les « Carnets de Homs »  de Jonathan Littell, un témoignage sobre et brut que ces « deux carnets de notes » que l’écrivain a tenu lors d’un voyage clandestin en Syrie, en janvier dernier. La violence éclate à chaque page dans cette plongée au cœur du conflit dans la ville martyre de Homs, symbole de la révolution syrienne lancée en février 2011.

Aucun effet de style pour Littell, envoyé sur le front par le journal Le Monde, et habitué des théâtres de guerre. L’enjeu est ailleurs pour l’auteur des « Bienveillantes », prix Goncourt 2006. Il faut restituer l’urgence qu’il y a à dire au milieu des rafales de tirs. L’écriture est lapidaire, l’écrivain observe, rend compte, va à l’essentiel « avec une certaine fébrilité qui tend à vouloir transformer dans l’instant le vécu en texte. »

ImageIl devient alors journaliste pour aligner les faits et témoigner le plus fidèlement possible dans ce « document », compte-rendu d’un carnage qui se joue à huis clos, loin de l’actualité zappeuse et des morts célèbres. On pense à Malraux, Orwell, Hemingway bien sûr, mais pour Littell, l’enjeu est encore ailleurs. Tout simplement parce que ses carnets « rendent comptent d’un moment bref et déjà disparu, quasiment sans témoins extérieurs, les derniers jours du soulèvement d’une partie de la ville de Homs contre le régime de Bachar al-Assad, juste avant qu’il ne soit écrasé dans un bain de sang qui […] dure encore. »

Seul importe donc le compte-rendu de ce massacre insoutenable, rythmé par le bruit des armes, les vies fauchées au hasard d’une rue, les femmes en pleurs. Seul compte le témoignage aussi de la situation désespérée de ces insurgés, combattants de l’Armée syrienne libre (ASL), de tous ces habitants des villes et quartiers à qui l’écrivain-journaliste donne la parole. Tous ont une histoire à raconter : des enfants égorgés, des femmes enlevées et violées, des hommes torturés, des proches tués au coin d’une rue par un sniper, quand ce ne sont pas les menaces du pouvoir.

C’est un texte saisissant au cœur des quartiers assiégés dans lequel on suit aussi la stratégie politique et tactique des rebelles de l’ASL que Littell a rencontré sur sa route dans cette lente progression de la frontière libanaise jusqu’à la ville de Homs, avançant de village en village sous la menace des barrages volants de l’armée syrienne. À la fin de son texte, Jonathan Littell rend hommage aux combattants de l’ASL, sans doute morts ou pire, tandis qu’ailleurs on discutait : « il ne restera sans doute rien au-delà de ces notes, et de leur souvenir dans l’esprit de ceux qui les ont connus et aimés : tous ces jeunes gars de Homs, souriants et pleins de vie et courage, et pour qui la mort, ou une blessure atroce, ou la ruine, la déchéance et la torture, étaient peu de chose à côté du bonheur inouï d’avoir rejeté la chape de plomb pesant depuis quarante ans sur les épaules de leurs pères. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le journalisme à l'épreuve de la toile

Un blogue-notes sur le journalisme et le blogging

CANAL ORDINAIRE. Journalistes associés. Bruxelles.

Horizons médiatiques - Edition Europe

Le journalisme dans tous ses Etats

Mediablog

Un regard critique sur les médias

Je veux être journaliste

Toi aussi, deviens un journaliste winner !

Les infos des Incorrigibles

Blog du collectif de journalistes pigistes Les Incorrigibles

Le blOg de Virginie de Galzain, photojournaliste & portraitiste indépendante

Reportages, visages et mots engagés depuis 2007. Ce n’est pas l’actualité qui fait la photo, c’est la photo qui devient actualité. Qui inscrit dans le temps, l'espace, la mémoire. Pourquoi isoler, événementialiser ce qui est de l’ordre du permanent, du résistant, de l'engagement ? Tel est le paradoxe médiatique d’une société qui vit entre la course au temps et une illusion d’immortalité… SITE PHOTO http://vdegalzainphoto.wordpress.com

Le blog de François De Smet

"La vérité est purement et simplement une question de style" (Oscar Wilde)

Le blog de Philochar

Une réflexion sur le monde, la Belgique, la Wallonie, la société et les médias

Le Blog documentaire

L'actualité du (web)documentaire

Coupe/Coupe

Vide-poche de l'actu médiatique, culturelle et des internets

Yanis Varoufakis

thoughts for the post-2008 world

%d blogueurs aiment cette page :